Friday, 15 December 2017

Mise à jour de la boutique en ligne >>> Onlline shop update

(English below)
Boutique en ligne mise à jour ! Où vous trouverez de quoi faire un dégradé interplanétaire, des écheveaux qui rouillent sous l’effet des tempêtes brestoises, du jaune qui va avec tout, du vert qui sent bon les sous-bois et bien d’autres. Petites quantités comme d’habitude. 

Lien boutique : https://www.naturalwoolplace.com/fr/filentropie
 
Online shop update! Where you will find an interstellar fade, skeins starting to rust due to the Brittany tempests, the yellow that matches with everything, a mossy undergrowth green and many more. Small quantities as usual. 

Shop link : https://www.naturalwoolplace.com/fr/filentropie





Friday, 25 August 2017

Fixer ses prix

Fixer ses prix

Au 4 septembre 2017, les prix des laines Filentropie subiront une augmentation.

Parce que le prix de mes matières premières augmente mais surtout...
Parce qu'au mieux, j'ai sous-estimé mon travail et au pire, j'ai créé de la concurrence déloyale,
Parce que je me refuse à teindre les fibres synthétiques (nylon notamment) et le mérinos d'Australie (moins cher à l'achat, certes),
Parce que je souhaite pouvoir continuer à faire ce qui me passionne et qui m'a fait rencontrer tellement de personnes en cours de route, tout en travaillant avec des matériaux de qualité.
Par respect pour mon travail ainsi que pour celui des autres personnes qui œuvrent dans le même domaine.

L'augmentation sera de 2 à 5 euros. C'est beaucoup, c'est urgent et nécessaire. Pour moi. Pour le respect du travail artisanal. C'est une passion, la satisfaction de faire ce que j'aime est grande. Mais elle ne nourrit pas.

Je vous remercie sincèrement de votre compréhension.
ingrid

PS : la question qui tourne dans ma tête, et probablement dans la votre, demeure : pourquoi ne pas avoir fixé ces prix dès le début ?


Wednesday, 31 May 2017

Tricots et Pulls Marins - Luce Smits

C'est l'histoire d'une rencontre impromptue il y a 5 ans, au salon Aiguille en Fête. Si vous y êtes déjà allés, vous comprendrez de quoi je parle quand je dis qu'il faut avoir le cœur bien accroché. Des stands à foison, du monde qui grouille, des couleurs  et des matières qui attirent l’œil de tous les côtés. L'effervescence partout. Et au milieu de tout cela, un vert profond, un vert forêt, qui m'attrape l’œil. C'est un gilet magnifique, tricoté dans un point surprenant. Je m'approche du stand et en moins de deux, suis en train de papoter avec la créatrice : Luce Smits.

Un œil qui pétille. Un amour du tricot de longue date. Nous nous sommes trouvées des passions communes (l'anglais, le tricot, la couture aussi). Quelques jours plus tard, je visitais son atelier à Saint-Germain-en-Laye et entrais dans son univers : des blouses taillées dans du Liberty des années 70s, trônant sur des Stockman, des cônes de fils aux teintes chatoyantes, des ambiances de couleurs sobres, des tricots mêlant points de riz, losanges et torsades, une machine à coudre qui a dû voir passer des décennies de tissus.

A cette époque, j'avais les "cheveux fous" comme elle les appelait. Une envie de changement et hop : adieu mes pointes fourchues, bonjour le blond platine. J'avais pensé que ça la gênerait. Mais non.

"Ca vous dirait de poser dans mon prochain livre ?
-..."


Elle a un petit côté punk, Luce Smits. C'est peut être bien ça qui m'a donné envie de poursuivre l'aventure à ses côtés. Et me voilà bien vite sur mon canapé dans mon petit appart du 13eme à tricoter des prototypes pour un livre qui allait prendre forme des mois durant. Des années de travail, de réflexion, pour deux cent pages d'un ouvrage aux airs de catalogue d'une exposition précieuse. 



Les quelques 45 modèles sont classés selon l'origine géographique des points utilisés. Cornouailles, Iles d'Aran, Ecosse... Les photos de Jean-Charles Vaillant sont simplement magnifiques (et je ne dis pas ça parce que je fais partie des modèles, hein !). Pour un aperçu, voici une vidéo de Knit Spirit. Vous pouvez aussi feuilleter les premières pages sur le site de La Martinière, éditeur du livre.


Tous les modèles sont tricotés à plat. Alors oui, cela veut dire "coutures", délicate étape ultime, véritable torture pour les adeptes du tout circulaire, dont moi (même si j'en reviens. Le débat est ouvert...). Mais l'ouvrage s'adresse à des tricoteurs aguerris qui ne seront pas refroidis par quelques modifications personnelles (j'ai tricoté deux des modèles en circulaire, en repassant à plat au niveau des emmanchures). 



 Modèle "Baby Blue" (corps et manches tricotés en circulaire)

Mais ce que j'aime dans le travail de Luce Smits, et dans son approche du tricot, c'est qu'elle ne se contente pas d'écrire un livre de modèles. Elle les fait vivre dans un cadre, dans une histoire. La première partie du livre est d'ailleurs dédiée à des récits d'expéditions de marins de la Mer du Nord à l'Océan Atlantique. Dans la partie des modèles, on apprend la signification de chaque point. Quand on porte une de ses créations, ce n'est pas juste un pull. On revêtit un passé, un présent, une atmosphère, un personnage. On se sent porteur d'une mémoire. 


Sur mes aiguilles : Le pull "Torsade Double", p.73





Thursday, 23 February 2017

Layette /// Baby clothes

(English below)
Ces derniers mois, Filentropie a mis de côté ses pigments et a tricoté de la layette... C'est que depuis deux mois 1/2, il y a un petit breton à emmitoufler de douces fibres, à protéger des tempêtes et de la pluie parfois horizontale :)
Ce qui est chouette avec la layette, c'est que ça va assez vite. Et c'est tant mieux parce que ce petit bonhomme pousse à vue d'oeil.
Du coup, je m'essaie doucement à la réalisation de modèles.

Those past few months, Filentropie has set asside their dyes and has knit baby clothes. That's because for the past 2 months 1/2, there is a new little Breton boy to wrap in soft fibres, to protect from the tempest and the (sometimes) horizontal rain :)
Knitting baby clothes is fun because it is fast. All the better since this little man grows before my bery eyes.
And so I have a go at designing baby clothes.


Modèle Oh Boy!/Oh Girl! par Filentropie, publication à venir 
Oh Boy!/Oh Girl! by Filentropie, soon to be published



Modèle Jeune Pousse par NCL Knits
Jeune Pousse pattern by NCL Knits 

 
Modèle Jeune Pousse (je ne m'en lasse pas !) par NCL Knits
Jeune Pousse pattern (can't have enough!) by NCL Knits  


Mais les marmites ne sont jamais bien loin... ;)
But the dye pots are  never very far... ;)

Wednesday, 12 October 2016

1 année de pérégrinations autour du fil


Déjà ?!? A peine ?!? Si vite ?!? Enfin ?!?
Voilà un peu l’état d’esprit dans lequel je me trouve, alors que Filentropie vient de fêter sa première année. Et quelle première année… Filentropie a officiellement vu le jour en septembre 2015 auprès de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat du Finistère. Pas très glamour, certes, mais cela m’ouvrait les portes officielles afin de me consacrer à mon amour du travail du fil. Amour de l’aspect technique (teinture, conception de modèles, confection) mais aussi amour de l’aspect humain par les rencontres et les partages autour de cette passion commune. Enseignement, rencontres, partage, création, expérimentations, ratés, victoires… En route pour un retour sur ces 12 derniers mois de pérégrinations autour du fil… et sur les projets pour les 12 prochains mois…



- AUTOMNE -

Pérégrination #1 - Teindre sans laisser de traces

Filentropie fb.jpg
Crédit photo : www.tuktukbazar.com

Filentropie est né de mon plaisir d’ancrer chaque laine que je teins, chaque ouvrage que je réalise, dans une ambiance particulière. “Sur la Route de Felletin” évoque indéniablement les couleurs puissantes de l’automne creusois, explosion de rouge-orange-marron.

Sur la Route de Felletin

Teindre un écheveau, ce n’est pas juste asperger de la couleur ou faire un dégradé. C’est pour moi recréer un souvenir ou me remémorer un sentiment, un instant. C’est pour cela que je parle d’ambiance de couleur quand je décris les teintes de mes laines. Je fais appel à des images, à des moments, à des odeurs, à des sensations... que j’espère vous faire partager. Fibres naturelles et teintures labellisées "écoresponsables", pour teindre sans laisser de traces.

P1010115.JPG
IMG_1861.JPG
Après une journée à Ouessant

Pérégrination #2 - L'Aventure des Fibrophiles (avec un grand "A")
couv%2Bblogger-500-250px.png
L’association Les Fibrophiles est un projet initié par 3 mordues de filage, tissage, tricot, crochet, teinture… Claire des Bruyères, Chantal/Pomme-Cannelle et moi. J’y retrouve la même volonté de partage et de rencontres autour du travail de la fibre textile, de la bête (ou la plante) à l’objet de création. L'association vient également de fêter ses 1 ans. Et quelle année ici aussi ! En 12 mois, nous avons mis en place un rendez-vous hebdomadaire dans la mercerie créative brestoise Tuk Tuk Bazar, nous avons célébré la Journée Mondiale du Tricot le 11 juin 2016 avec l’aide d’une vingtaine de structures de la ville de Brest (Maisons de Quartier, école, EHPAD, merceries) et nous avons accueilli près de 1200 visiteurs curieux et passionnés lors du festival Des Fibres Aux Fils monté avec l’écomusée des Monts d’Arrée les 9-10 juillet. Forte d’une nouvelle recrue, l’année qui arrive s’annonce certes moins chargée mais tout autant passionnante.
cvG3PhUoM7tlQgPxdok298Bem7CMRUrhfYfqpPbbcnrveSNYYH1WxjM7U00OBzZfdC3DdvoP3wuOq-Nm1t0n1etgCqWhtKQRfjmQ8Uw1Q9DSB1GBXwoIDmQG1Qk35fj879lgG2fW
Pérégrinations #3 - Felletin

Les Journées Nationales de la Laine de Felletin est un des rendez-vous incontournables auquel j’ai eu la chance d’assister l’année passée. L’occasion de découvrir d’autres disciplines fibresques (notamment le feutre), d’annoncer officiellement la tenue du Festival Des Fibres Aux Fils, de m'essayer au cardage pour la première fois (merci Ambre!) et de revoir les copines.

DSCF7097.JPG
Bal' Trad' à Felletin lors des Journées Nationales de la Laine

- HIVER -

Pérégrination #4 - Filage

Remontons un peu dans le temps. Je ne sais plus ce qui m’a poussée à rechercher sur internet “filage Paris”, mais je me souviens que c’était bien avant d’entendre parler du Lot et la Laine 2015, de voir un rouet pour la première fois et de connaître quoi que ce soit sur tout ce qui pouvait se rapporter au chemin de la toison au fil. Je tricotais depuis plusieurs année et, comme beaucoup d’autres, j’ai eu envie de comprendre l’étape précédente. J’ai découvert le forum Tricotin et l’existence du Pub Spinning, poussé la porte du Patrick’s pub, fait la connaissance de Marie alias Rue de la Laine et Zouzou, Myriam, Mathilde et Danièle (reines de la marmite) et en moins de deux, je me retrouvais assise en face d’un rouet, essayant de faire tourner cette roue sans trop d'à coups. J’étais comme dans une bulle. Émerveillée par la beauté de l’objet et émue par l’ancestralité d’un geste que tant de personnes avaient fait avant moi. Et ce n’est pas tous les jours qu’on apprend quelque chose de totalement nouveau… Le soir, j’ai regardé mon petit bout de fil irrégulier. La nuit, j’en ai rêvé. Le matin, j’étais comme en manque. Il me fallait de la fibre et de quoi la filer.
Une semaine plus tard, c’était le salon Aiguille en Fête. J’ai arpenté les allées à la recherche de fibre et d’un fuseau. Au fil des stands, je désespérais. C’est en arrivant au stand de Lainamac où se déroulait une démonstration de feutrage que j’ai retrouvé espoir. Ni une ni deux, j’ai supplié qu’on me vende un peu de fibre et un fuseau étudiant (qui étaient réservés aux démonstrations sur le stand), on m’a montré les rudiments et je suis rentrée chez moi, le coeur léger, battant la chamade. Et c’était parti.
IMG_1523.JPG
Qu'on se le dise...

Quelques semaines plus tard, le regard d’un couple d’amis qui se promenaient dans une brocante aux Pays-Bas se posa sur un rouet ancien qui semblait en état de marche et qui (rareté!) avait 3 bobines. Après un rapatriement à Paris, une inspection (merci youtube), une visite au pub spinning pour des réglages et un changement de courroie, mes soirées étaient rythmées par le “clac-cloug-cloug-cloug” de la rotation d’une roue un peu fendue et voilée mais porte d’entrée vers un monde de possibilités. Le rouet fait un peu de bruit, l’orifice est petit et les bobines minuscules. Mais c’est toujours un émerveillement que de m’y asseoir et de pédaler.
Cette année, j’ai continué à expérimenter avec le rouet (filage fantaisie, retors Navajo, wollen/worsted) et j’ai ajouté plusieurs fuseaux à ma petite collection. Trois sont de fabrication maison par un membre de la famille ayant un tour (pratique pour refaire des bobines également !). Et le petit dernier est un Forrester acheté auprès de L'Atelier du Chat Noir. Waouh ! On m’en avait parlé mais là, je suis sous le charme.

2015, c’est aussi l’année où j’ai découvert le magazine PLY. Des explications techniques, des expérimentations, des articles historiques, des conseils d’ergothérapeutes (pour celles qui ont déjà goûté aux joies de la tendinite, ce sont des conseils précieux!)... Le contenu est dense et de qualité tant au niveau du contenu que du visuel. Attention cependant : il n’existe qu’en anglais et les frais de port sont aussi élevés que l’abonnement lui-même. Mais quand on aime…
Premier retors Navajo

Pérégrination #5 - NOLA et pourquoi j'<3 Ravelry

Quand je voyage, je trépide d'impatience à l'idée de voir de nouveaux paysages, de goûter une nouvelle cuisine, de sentir de nouvelles odeurs. Mais par dessus-tout, ce qui m'attire, c'est de rencontrer les locaux, voir de quoi est fait leur quotidien, communiquer avec eux (souvenirs d'une conversation colorée à Sarajevo avec une dame avec qui je n'avais aucune langue en commun...). Lors de nos préparatifs, il va de soi qu'AirBnB est incontournable. Tout comme un repérage des groupes locaux de Ravelry. C'est comme ça que j'ai passé une après-midi entourée de louisianais dans une mercerie du Faubourg Marigny à la Nouvelle Orléans. J'y ai vu des grosses mains d'homme aux doigts bagués tricoter de la dentelle fine et y ai entendu des récits passionnés de Rhinebeck. Sur les bords du Mississippi et pendant nos road trips, j'ai aussi tricoté le gilet Breckon et créé mon premier modèle de chaussettes, NOLA socks. Le principe : lutter contre le syndrome de la seconde chaussette...

Pérégrination #6 - Week-end Les Pieds dans l'Eau


Connaissez-vous Cap Laine? C'est une association créée par des passionnées en quête de fibres françaises de qualité, qui met en lien direct les producteurs et les utilisateurs de fibres. La première AG de Cap Laine a eu lieu en mars 2016, aux Goudes. Une parenthèse, au milieu du travail de préparation du festival qui s'intensifie, assise sur un nuage de fibres, les pieds dans l'eau. Merci à Cap Laine pour ces moments délicieux qui sentent le printemps.


- PRINTEMPS -

Pérégrination #7 - Partager et rencontrer : Tricotons la Ville 2016

ffxb6lup21mQhgNt3Kbs8TA3NynLPC0JIPIh8vWTHf9NjHn8Qlzzlgyqz53gdo797i-IMoaccFWRPh7y4Gxafg5hhnydoYb1jDc2nn-f9W1Dd_mog3ZG8XgYRGzU3JliNgDbj_Ly
"Et le fil fait le lien"

Un des objectifs de l'association Les Fibrophiles est de promouvoir le travail du fil (crochet, tricot, filage, tissage, feutre, teinture...) à travers diverses manifestations : un café-tricot hebdomadaire à Brest, le Festival Des Fibres Aux Fils (juillet 2016) dans les Monts d'Arrée, des visites de fermes, ateliers... En arrivant à Brest en 2015, j'ai eu envie de réitérer l'expérience du tricot urbain, comme un moyen de colorer cette ville de béton et de rencontrer les tricoteurs/euses du coin. En décembre 2015, j'ai rencontré des groupes de tricot de diverses structures brestoises : EHPAD, école élémentaire, merceries, ressourcerie, Maisons de Quartier, Centre Sociaux... En tout, plus d'une vingtaine de structures ont participé à la confection de milliers de carrés de tricot ou crochet et de pompons. Le 11 juin, des centaines de personnes nous ont rejoint sur le Pont de Recouvrance pour y accrocher les éléments confectionnés en amont. En fin de journée, les deux rives de la Penfeld étaient reliées par une rambarde colorée, résultat d'un travail collectif d'ampleur. L'expérience sera répétée toutes les années dans un endroit différent de la ville. Pour plus d'infos, consultez le blog des Fibrophiles.

Pérégrination #8 - Enseigner et donner confiance

Filentropie est également né de mon envie de partager mon savoir en matière de tricot, de le transmettre à un(e) autre qui, a son tour peut-être, le confiera à un(e) autre. Et c’est bien plus que du tricot que l’on transmet. C’est souvent de la confiance en soi, de la satisfaction, de l’estime de soi, et ce quel que soit l’âge de la personne avec qui on échange.

Atelier "Tricoter en rond" au Tuk Tuk Bazar

Atelier "Tricoter avec les doigts" au Tuk Tuk Bazar"

En milieu scolaire, cela se transforme en maths déguisés, en lutte contre les stéréotypes, en travail de la motricité et de la concentration. Langue de bois ? Mon expérience personnelle et trois expériences en collège m’ont convaincue des bienfaits d’une telle pratique.

IMG_1460.JPG

En décembre, l’écomusée des Monts d’Arrée m’a contactée pour me proposer de participer à un projet de graffi-tricot auprès des internes du collège de Sizun dans le Finistère, dans le but notamment de sensibiliser les élèves au patrimoine lainier et linier de leur région (le pays du Léon). Pas toujours facile, quand on est collégien, de se laisser prendre au jeu. Compte-rendu d’une des participantes :

“Lors de notre première séance de tricot, on nous a expliqué ce qu'était le tricot urbain. Cela consiste à tricoter des formes et à les assembler pour ensuite les accrocher dans la rue, les arbres ou même dans le train. On nous a aussi expliqué que le tricot urbain était comme  des graffitis non polluants.
Pour faire du tricot urbain nous avons appris à faire plusieurs rangs de mailles ce qui permet de faire des carrés et des rectangles de dimensions précises. Pour cela il nous a suffit de prendre deux aiguilles à tricoter.
Nous faisons cette activité pour nous permettre à notre tour de vous faire découvrir le tricot urbain et pour attirer le regard vers des endroit en ville mais surtout au moulin de Kerouat à Commana.
Après avoir commencé à tricoter, nous sommes allés au moulin de Kerouat à Commana pour prendre des mesures afin que nous puissions faire les bonnes mesures sur nos tricots .
Les séances d'après nous ont permis de continuer à tricoter jusqu'à ce que le lundi 20 juin on aille poser le tricot.
Au début de l'expérience, je n'étais pas du tout emballée à l'idée de tricoter car je me disais que c'était pour les personne âgée. Mais je me suis rendue compte qu’en fait, c'est super ! Je me suis prise au jeu et je penses que je vais continuer à tricoter…”

Mission accomplie.

FullSizeRender.jpg

- ETE -

Pérégrination #9 - N’est pas capitaine au crochet qui veut


Oui, en cette année 2016, j’ai saisi un crochet, chose rare pour moi. Je dois dire que si le tricot me parait assez évident, je suis par contre assez hermétique au crochet. Je ne sais jamais où insérer l’outil, combien de jetés je viens de faire etc… J’en conviens, avec un peu d’effort, je pourrais y arriver. Mais pour me prouver que ce n’était pas si compliqué, c’est au crochet que j’ai décoré mon badge pour le Festival des fibres Aux Fils. Une petite incursion dans ce mode de travail du fil qui m’a assez plu en fin de compte.


Pérégrination #10 : Le Festival Des Fibres Aux Fils

http://lesfibrophiles.blogspot.fr/p/festival-les-fibrophiles-en-bretagne.html

Nous le voulions champêtre, créatif, riche, éducatif pour les grands et les petits, joyeux, plein de rencontres et de surprises, les pieds dans l’herbe, au milieu des moutons d’Ouessant. Ce fut 48 exposants, 25 ateliers programmés, 24 animations (démonstrations, visites, conférences, tombola), une trentaine de bénévoles (MERCI ENCORE !) et presque 1200 visiteurs sur 2 jours.
L’organisation a demandé un travail colossal et le partenariat avec l’écomusée fut excellent. Nous savions que le lieu risquait de poser problème quant à l’accessibilité mais avec le recul, nous n’aurions voulu le faire nulle part ailleurs. Le cadre, l’histoire de l’écomusée et son intérêt pour le travail de la fibre textile ont fini de nous convaincre. Nous voulions que le festival soit un lieu de découverte et de perfectionnement pour le public, de rencontres et d’échanges pour les exposants. Vos retours nous montrent que nous avons réussi notre mission. Et après…? 2017 est l’année du Lot et la Laine (juillet, dates à confirmer). Et puis avec les ⅔ du bureau occupé à pouponner ces prochains mois, ce ne serait pas raisonnable. 2018…? Nous réfléchissons à un événement différent du festival mais toujours dans l’optique de rassembler passionnés et curieux autour du travail de la fibre textile...

Démonstration de tonte aux forces. (Crédit photo : A. Jousselme). Plus de photos du festival ici.

Pérégrination #11 - Patchwork de mariage

Vous vous souvenez de cette amie se promenant dans une brocante aux Pays-Bas et tombant sur un vieux rouet ? C’est une amie comme ça (serrer les poings et lever les pouces vers le haut). Calligraphe de talent, épousant un musicien, mon cadeau de mariage ne pouvait qu’être créatif et unique. Quelques mois avant “the date”, je contactais le maximum d’invités au mariage pour leur proposer de participer à un patchwork de mariage. Le principe : chaque invité envoie un carré de tissu (s’il a un lien avec l’histoire du couple, c’est encore mieux) ainsi qu’une carte signée à laquelle est également agrafé un petit bout du tissu offert. Et de tous ces carrés est né un patchwork unique, comme une embrassade géante de la part de nous tous.

IMG_1718.JPG


Très beau, très bien. Mais... et la suite ?
En voici un aperçu :

-continuer mon petit bonhomme de chemin créatif avec Filentropie, notamment grâce à l'ouverture de la nouvelle place de marché des fibres naturelles NaturalWoolPlace, une initiative française tellement attendue et mise en place par Marthe Lecapelain

14045637_1798181940462517_5058171872478334509_n.jpg

-tricoter de la layette. C’est que dans moins de 3 mois (Déjà ?!? A peine ?!? Si vite ?!? Enfin ?!?) , il y aura un enfant à couvrir pour affronter le froid brestois:)

http://www.ravelry.com/projects/Ingridou/sunnyside

-continuer l'aventure des Fibrophiles, bien sûr !
-attendre patiemment la sortie du prochain ouvrage de Luce Smits
-et...


Thursday, 2 June 2016

Nouvelles couleurs : Summer is coming, Granité

Summer is coming




Du pastel qui pétille, une robe légère, un châle sur les épaules, parce que le soir, il fait encore un peu frisquet.
100% Mérino français (fingering), teintures éco-responsables. Laine teinte artisanalement à Brest-même.
Tricoté par Sylvie en double avec un fil mohair.


Granité



Granité menthe-cassis. Un verre glacé, une paille, un parasol. Pour apprécier la chaleur de l'été qui s'installe. 
100% Mérino français (fingering), teintures éco-responsables. Laine teinte artisanalement à Brest-même.